La demande croissante d’un équipement grand froid et d’une protection tactique et militaire robuste disponible dans le système de lunettes de protection grand froid SnowHawk™

CONFLITS TERRITORIAUX ET MULTIPLICATION DES OPÉRATIONS EN CLIMAT FROID PARTOUT DANS LE MONDE

Du 19 février au 22 mars de l’année en cours, quelques 1 900 marines américains ont participé à l’exercice avec tir réel « Cold Response » dans les comtés Trøndelag au centre de la Norvège.[i] Cette opération était surtout destinée à tester la capacité des soldats à évoluer dans le froid et la neige, à renforcer les liens avec les alliés et confrères de la régions, et à inspecter les équipements militaires rangés dans des caves climatisées. Cette année, l’exercice annuel réunissait au total 16 000 soldats venant de 15 pays différents ; c’est la première fois qu’une force aux effectifs semblables se retrouvait dans la région pour un exercice depuis 1995.[ii]

L’Arctique est la seule région au monde où les frontières sont encore relativement non réglementées : la Russie, la Norvège, le Danemark et le Canada ont tous présenté des arguments à l’ONU pour revendiquer la propriété des parties de fonds marins et des voies maritimes de l’Arctique. Les Etats-Unis, en particulier, ont réorienté leur attention et l’investissement de ressources vers cette région, en partie en réponse aux divers jeux de puissance de la Russie dans cette région comme dans d’autres au cours des dernières années.[iii] [iv] À la fin de l’année dernière, la Russie a pris des mesures visant à accroître sa présence militaire dans l’Arctique, envoyant des soldats et des missiles pour renforcer sa position dans la lutte pour le contrôle des immenses réserves de pétrole et de gaz de la région tout en préparant des plans pour six nouvelles bases.[v] Dans des mesures annexes, la Département américain de la défense a initié la mission militaire dénommée « Opération Atlantic Resolve », une « démonstration de l’engagement continu des États-Unis à la sécurité collective à travers une série d’actions destinées à rassurer les alliés au sein de l’OTAN ainsi que les partenaires de l’engagement de l’Amérique à une paix durable et à la stabilité dans la région. »[vi]

Si un grand nombre d’opérations navales et maritimes se déroulent dans cette région contestée et dans les zones environnantes, on note également un nombre croissant d’exercices d’entraînement et d’opérations auxquels se livrent les soldats sur terre, supportant des températures extrêmes et s’acclimatant à celles-ci sur le terrain. Parallèlement à l’opération Atlantic Resolve, alors qu’elle gagnait du terrain en mars 2015, la Norvège a envoyé 5 000 soldats pour mener exercices militaires entre Alta et Lakselv dans le comté Finnmark, qui se trouve à la frontière avec la Russie.[vii] C’était la plus grande opération militaire depuis plusieurs décennies pour la nation scandinave. En outre, cette année, en même temps Cold Response 2016, environ 2 500 soldats de l’armée canadienne ont participé aux exercices d’entraînement visant à maintenir la capacité dans l’Arctique. La Garde nationale de l’Armée américaine, les forces armées de la Nouvelle-Zélande et les forces armées polonaises ont également envoyé des soldats à cet exercice. Le ministre de la Défense nationale du Canada, Harjit S. Sajjan, a déclaré clairement que « la protection de nos frontières septentrionales demeure une priorité de premier ordre pour le Canada. Le Département de la Défense nationale et les Forces armées du Canada sont pleinement engagées à exercer notre souveraineté au Nord. »[viii] Ces exercices sont effectués régulièrement par un nombre croissant de nations partout dans le monde.

En dehors du renforcement des manœuvres militaires dans ces régions, ce type d’exercices est conçu pour aider l’armée à faire face rapidement aux menaces et aux situations d’urgence sur le plan national, telles que les cas de catastrophes naturelles et de phénomènes météorologiques extrêmes. La connaissance des phénomène météorologiques extrêmes et les éventails de compétences relatives aux températures froides sont indispensables pour les forces modernes, car les armées interviennent toujours plus loin dans le monde, pour des périodes plus longues et sont exposées à un grand nombre de variations saisonnières de climats ainsi qu'à des terrains divers. Par exemple, si les opérations au Moyen-Orient sont très souvent associées au désert et à une chaleur extrême, on compté également dans cette région un grand nombre de terrains montagneux où les températures et les conditions varient considérablement. En particulier, plus de dix mille soldats sont stationnés en Afghanistan où les températures peuvent descendre jusqu’à 5 °F (-15 °C) en hautes altitudes, avec des températures moyennes oscillant entre 28 °F (-2 °C) et 19 °F (-7 °C) dans l’arrière-pays entre Novembre et février ; an 2012, cette situation a été aggravée par un froid record et des chutes de neige qui ont fait des dizaines de victimes et nécessité un personnel et une aide humanitaire supplémentaires dans la région.[ix] [x] [xi] Voilà un exemple parmi tant d’autres où la perception et l’expérience divergent et qui impose la nécessité d’une préparation accrue aux changements climatiques à plus grande échelle.

Pendant les opérations et les exercices d’entraînement en Arctique, les soldats portent généralement des cagoules disponibles dans le commerce et des lunettes de ski non balistiques pour se protéger contre les grands froids [Crown Copyright]Pendant les opérations et les exercices d’entraînement en Arctique, les soldats portent généralement des cagoules disponibles dans le commerce et des lunettes de ski non balistiques pour se protéger contre les grands froids [Crown Copyright]

EFFETS NÉFASTES DE L’EXPOSITION AU FROID INTENSE

La température du corps est régulée dans une plage étroite. Cet équilibre complexe doit tenir compte du comportement, de la physiologie et des facteurs environnementaux. Lorsque les éléments environnementaux dépassent les mécanismes de réaction naturels de l’organisme, il s’ensuit toutes sortes d’effets néfastes. Dans des conditions extrêmes, cet équilibre ne met pas long à changer et pour que ces effets se manifestent, très vite, le stress dû au froid se transforme en une fatigue due au froid et plus. Le stress dû au froid, comme terme général qui désigne les conditions environnementales et/ou individuelles qui supprime la chaleur de l’organisme et diminue la température de ce dernier, activant ainsi des réactions de survie biologiques. La fatigue due au froid, d’autre part, désigne les conséquences physiologiques et/ou psychologiques du stress dû au froid.[xiv] Les soldats peuvent évoluer dans des environnements froids s’ils sont vêtus de manière appropriée, s’ils disposent d’un abri et d’une protection adéquates, s’ils consomment des aliments et de l’eau appropriés et s’ils se reposent suffisamment ; si l’une de ces conditions n’est pas remplie, la condition physique se dégrade rapidement.

La température de la peau baisse rapidement puisque la chaleur de l’organisme est perdue plus rapidement qu’elle n’est remplacée. À la suite de la première chute de la température cutanée, une vasoconstriction se produit, qui augmente la pression artérielle et détourne le flux sanguin vers les muscles internes du corps pour tenter de conserver le fonctionnement et la température du corps. Par la même occasion, et avec une exposition prolongée, les extrémités, telles que les doigts, les orteils, les joues, le nez et les oreilles, sont vulnérables aux blessures.[xv] Une engelure est une CWI non gelée qui peut survenir après 1-5 heures dans dans des conditions froides et humides lorsque la température approchent 32 °F (0 °C), mais demeurent au-dessus de celles-ci. Les zones les plus fréquemment touchées sont la surface dorsale des doigts, mais les oreilles, le visage et d’autres parties exposées de la peau sont également vulnérables.[xvi] La gelure représente le plus grand nombre de CWI chaque année ; elle survient lorsque la température du tissu chute en dessous de 28 à 30 °F (-2 à -1 °C), provoquant une blessure ou une destruction de la peau ou des tissus sous-jacent.[xvii]

L’exposition au froid provoque une chaleur métabolique puisque l’organisme tente de compenser et d’éviter une perte de chaleur ; cela est préjudiciable dans les scénarios actifs et extrêmes, par exemple, les opérations militaires, où les ressources doivent être conservées. Lorsque la température interne ou des muscles diminue de 1,8 °F, la capacité maximale à l’exercice d’endurance baisse d’environ 5 %, la durée de l’exercice d’endurance réduite d’environ 20 % et la résistance maximale et l’énergie produite diminuent d’environ 5 %.[xviii] La fatigue due au froid peut provoquer la dégradation des performances mentales surtout pour les tâches qui demandent une imagination, de 17 à 20 %. L’enregistrement en mémoire des informations nouvellement présentées est perturbé lorsque la température interne chute à un niveau compris entre 94 et 95 °F (34,5 et 35 °C).[xix] Il a été démontré que le déclin de la mémoire immédiate peut atteindre jusqu’à 20 % avec un refroidissement périphérique, même lorsque la température interne de l’organisme n’enregistre aucun changement.[xx] Une diminution de la vigilance se produit avec une chute de la température du corps et l’exactitude des souvenirs est altérée de 13 % à des températures ambiantes qui sont à l’origine de la baisse des températures de la peau.[xxi]

Une hypothermie survient si la température interne de l’organisme chute de manière significative. Les processus métaboliques cellulaires s’arrêtent et les principaux organes ne fonctionnent plus. L’instabilité cardiaque est fréquente avec une hypothermie et, dans certains cas, elle peut provoquer une mort subite par arrêt cardiaque.[xxii] Un impératif de planification absolu consiste à reconnaître que dès que l’activité physique cesse, la perte de chaleur de l’organisme est considérable. La perte de chaleur de la tête nue peut atteindre jusqu’à 50 % de la perte totale à une température d’air de 25 °F (-3,9 °C) ou moins lorsque le reste du corps est correctement couvert par des vêtements. Les casquettes et les cagoules peuvent permettre de diminuer considérablement la perte de chaleur, en particulier lorsqu’elles sont portées avant la sensation de froid ne soit prononcée pour celui qui les porte.[xxiii]

LA RÉPONSE DE REVISION

Les soldats ont besoin de vêtements pour climat froid qui peuvent s’adapter à un large éventail de températures ambiantes et de niveaux d’activité physique et qui peuvent protéger contre le vent, la pluie et la neige. Au fil des ans, Revision a mis davantage l’accent sur des facteurs environnementaux extrêmes, intégrant ces derniers dans la conception et la mise au point de vêtements de protection. Si les menaces d’origine humaine sont généralement au centre du développement, la conception des équipements de protection de qualité supérieure prend en considération l’utilisation finale du système pour répondre aux exigences de l’environnement et du champ de bataille. La lunette, en particulier, doit être optimisée pour un usage quotidien et pour de longues durées d’utilisation. Tout doit fonctionner à l’unisson, notamment le corps, les équipements et l’environnement. Dans cette harmonie, l’efficacité des vêtements et leur capacité à protéger l’utilisateur, sont optimisées.  

 

Il est plus difficile de s’habiller pour un climat froid que de simplement porter des vêtements plus épais. Dans cette perspective, Revision Military, un leader mondial dans les solutions de protection oculaire, a conçu le système de lunettes de protection grand froid SnowHawk™. Développé conjointement avec Anon Optics, leader dans la conception de lunettes pour les sports de neige et une marque dont Burton Snowboards est propriétaire, le système grand froid est le tout premier système de cagoule et de lunettes balistique intégré qui offre des performances anti-brouillard supérieures et une protection contre les balles. Les lentilles de lunette SnowHawk sont interchangeables avec des options pour la lumière vive du soleil, en particulier, les inquiétudes au sujet des conditions où le paysage est recouvert de neige, par un temps couvert ou dans les scénarios de faible éclairage et de protection ; en outre, elles sont fabriquées en polycarbonate de qualité optique pour protéger les yeux contre des fragments inattendus, ce qui dépasse les exigences de l’Armée américaine en matière de résistance au choc balistique (MIL-PRF-32432). La conception de la cagoule du système SnowHawk utilise la technologie d’intégration due masque facial magnétique (MFI®) pour intégrer de manière harmonieuse la lunette et la cagoule, assurant stabilisation et étanchéité, sans exposition de la peau. Le système permet de couvrir totalement le visage et la tête, mais il est également conçu de façon intuitive pour une utilisation facile et un retrait rapide, si nécessaire.

À l’amélioration du confort, de la fonctionnalité et de la stabilité, s’ajoutent l’endurance accrue et la connaissance situationnelle. Le système grand froid SnowHawk est compact et léger, avec un facteur de forme lisse idéal pour les opérations tactiques et les missions à utilisation prolongée. La conception efficace permet la compatibilité avec le casque, les jumelles et les systèmes de vision nocturne Beaucoup de temps, d’attention et de ressources ont été consacrés à garantir la respirabilité et l’intégrité optique de ce système grand froid : Le filet sur la bouche et le nez éloigne le souffle de la lunette ; la lentille à joint thermique à double volet crée une barrière isolée ; la lunette est compatible avec le dispositif Rx Carrier de Revision pour les verres correcteurs pouvant aller jusqu’à ±11D ; des évents à air pulsé intégrés en haut et sur les côtés permettent d’assurer un débit d’air constant ; en outre, le principal revêtement OcuMax© Plus est appliqué à l’intérieur de la lentille afin d’empêcher la formation de buée ainsi qu’un revêtement dur résistant aux rayures sur le côté extérieur de la lentille.

Les opérations en climat froid sont devenues une priorité tactique essentielle pour les armées dans le monde entier, la plupart consacrant davantage de ressources et de formation aux manœuvres dans l’Arctique et dans d’autres régions de grand froid . Cette réorientation a engendré une demande croissante d’équipements capables de résister aux conditions difficiles et de fonctionner dans des environnements extrêmes. Le système de lunettes et de cagoule SnowHawk a été testé dans le laboratoire de recherche et de développement de Revision, et ce système a subi une vérification rigoureuse effectuée par plusieurs organisations et dans nombre d’environnements divers, notamment en Alaska, en Californie, Norvège, au Canada et au sommet du mont Washington, NH, un lieu connu comme étant le plus froid et le plus hostile des Etats-Unis Dans un scénario en particulier, le système de lunette grand froid a été soumis à un trempage à froid de -15 °F (-26 °C) et à des rafales de neige. Malgré ces essais ardus, le système de lunette grand froid a reçu une appréciation très positive pour sa déployabilité, ses performances et sa facilité d’utilisation. Le système de lunette grand froid SnowHawk de Revision est conçu pour résister sur le terrain le hostile et le plus impitoyable de la planète.



  1. [i] Cold Response 2016. Armée norvégienne.
  2. [ii] Seck, H. H. (25 février 2016).Marines Gear-Up for Largest Cold-Weather Exercise in Decades (Les Marines se préparent pour l'exercice par temps froid le plus important depuis plusieurs décennies). Military.com.
  3. [iii] Robson, S. (11 février 2015).Cold-weather training ramps up as Afghan combat mission wraps up (L'exercice par temps froid s'intensifie tandis que la mission afghane touche à sa fin).Stars and Stripes.
  4. [iv] (20 décembre 2014).Frozen conflict (Conflit gelé). The Economist.
  5. [v] Bender, J. (7 décembre 2015).Russia just put the finishing touches on 6 Arctic Military bases (La Russie vient de terminer la construction de 6 bases militaires en Arctique). Business Insider.
  6. [vi] Lendon, B. (14 mars 2015).U.S. Army sending armored convoy 1,100 miles through Europe (L'armée américaine traverse l'Europe avec un convoi de 1 700 km). CNN.
  7. [vii] Pettersen, T. (5 décembre 2014).5000 soldiers take part in exercise in Finnmark (5 000 soldats participent à un exercice dans le comté de Finnmark). Barents Observer.
  8. [viii] (10 février 2016).Canadian Army conducts training to maintain Arctic readiness (L'armée canadienne dirige une formation visant à maintenir la capacité dans l'Arctique). Army-technology.com
  9. [ix] (mai 2016).Troop Numbers and Contributions – Afghanistan (Nombre de soldats et contributions - Afghanistan). NATO OTAN.
  10. [x] Van Elsberg, B. (3 décembre 2012).Cold Weather Survival for Soldiers (Survie par temps froid pour les soldats).Centre de préparation au combat de sécurité de l'armée américaine.
  11. [xi] (21 février 2012).Afghanistan battles against cold and snow (L'Afghanistan se bat contre la neige et le froid). Aljazeera
  12. [xii] Connor, R. (octobre 2014).Update: cold weather injuries, active and reserve components, U.S (Mise à jour : blessures liées au froid, éléments actifs et réservistes, États-Unis). Forces armées, juillet 2009 – juin 2014.Centre de surveillance médicale des forces armées - Rapport mensuel de surveillance médicale, volume 21, numéro 10.
  13. [xiii] Nagarajan, S. (octobre 2015).Update: cold weather injuries, active and reserve components, U.S (Mise à jour : blessures liées au froid, éléments actifs et réservistes, États-Unis). Forces armées, juillet 2010 – juin 2015.Agence de santé de la défense du Département de la défense - Rapport mensuel de surveillance médicale, volume 22, numéro 10. 
  14. [xiv] (11 février 2016).Cold Stress (Stress lié au froid).Centres pour le contrôle et la prévention des maladies.
  15. [xv] Cold Weather Casualties and Injuries (Morts et blessures liées au froid).Département médical de l'armée américaine - Centre de santé publique de l'armée.
  16. [xvi] Ibid.
  17. [xvii] Ibid.
  18. [xviii] (avril 2005).Prevention and Management of Cold-Weather Injuries (Prévention et gestion des blessures liées au froid).Département de l'armée.
  19. [xix] Ibid.
  20. [xx] Ibid.
  21. [xxi] Ibid.
  22. [xxii] Ibid.
  23. [xxiii] Ibid.

© 2017 Revision Military. All Rights Reserved